[#Review] La Main de Dieu – Tome 2

Merci à Glénat pour m’avoir fait parvenir ce titre.

La saga de l’homme le plus détesté et le plus admiré des États-Unis

Synopsis:

Pendant trois ans, John Edgar Hoover n’a cessé de déployer toutes les ruses et les manœuvres politiques pour accéder au poste tant convoité de Directeur du F.B.I. Ce deuxième tome illustre un tournant dans l’histoire du bureau et de la vie intime de son patron. Comment des agents inexpérimentés vont-ils rivaliser avec des gangsters à la gâchette facile tels que John Dillinger et le clan Barker ? Quel stratagème Hoover va-t-il utiliser cette fois-ci pour asseoir définitivement son autorité ? Ses agents seront-ils à la hauteur de sa vision pour le bureau ? Sauront-ils le satisfaire ? Enlèvement du fils de Charles Lindbergh, guerre des médias, lutte ouverte avec la police de New York, manipulations politiques, pressions en tous genres, Hoover montrera une fois encore tous ses talents de grand homme de l’ombre assoiffé de pouvoir, fût-ce au prix de l’illégalité…

Mon avis:

Issu de deux ans de recherche, sur tous les ouvrages publiés sur le F.B.I. et Hoover, Marc Védrines réalise une œuvre unique en son genre. La Main de Dieu raconte en trois tomes les secrets qui auraient dû ruiner la carrière et la vie de Hoover, altérant à jamais l’image qu’il voulait donner du F.B.I. et de ses trois lettres qu’il désirait voir résonner comme : « Fidélité, Bravoure et Intégrité ».

Le dernier opus nous amènera dans les méandres de la dynastie Kennedy pour se conclure sous l’ère Nixon : autant de présidents qui voudront se débarrasser de Hoover sans y parvenir… Car on ne licencie pas Dieu…

Enfin entre mes mains. Il faut dire que les organisations assez importantes et en même temps si secrètes m’ont toujours interessé. Vraiment bien documenté, très fidèle à la réalité. Il y a de quoi se cultiver un petit peu et agrémenter ses discussions avec les anciens en parlant politique, complots, pouvoir. Je le déconseille à tous les amateurs de culture américaine. C’est exactement l’idée que je me fais des des plus hautes instances US. Opaque. Puissant. Dangereux, car prêtes à tout.

Publicités