[#Review] Minimum – Tome 1

Merci à Glénat pour m’avoir fait parvenir ce titre.

Du cul mais pas que…

Synopis:

Ito est un lycéen passionné de photographie. Il passe ses journées à prendre des clichés qu’il expose dans une salle spéciale du lycée. Incompris, traité à tort de dégoûtant et de pervers par les jeunes lycéennes, il se renferme petit à petit. Son seul ami est Saito, un adolescent passionné, lui, de contenus sexuels et de vidéos perverses. Ce dernier invite Ito à regarder sa première vidéo porno. Mais Ito est gêné au plus haut point par cette situation.
Un soir, seul devant son ordinateur et alors qu’il surfe sur la toile, Ito tombe sur un site assez étrange. Une seconde plus tard, sa tour explose, enclenchant le lecteur DVD automatiquement. Une jeune fille minuscule et dévêtue en sort comme par magie. Son nom est Haru Nishikujo, et la jeune fille ne sait pas ce qui lui arrive, ni ce qu’elle fait là. Ito décide de s’occuper d’elle, mais cela va bien vite lui attirer des ennuis lorsqu’il va être embarqué dans un jeu de vie ou de mort…

Mon avis:

Voilà un titre qui change de tout ce que je peux lire habituellement. Et, comme il est bon de ne pas sombrer dans cette routine, j’ai décidé de me laisser tenter par ce genre de publication. Il y en aura plus à l’avenir, je pense. On pourrait comparer Minimum à Chobits (Chobits  [ちょびっツ, Chobittsu?] est un manga de CLAMP. Il a été pré-publié dans le magazine Young Magazine, et a été compilé en un total de 8 volumes. En France, le manga est édité en intégralité par Pika Édition)  dont voici le pitch:

Après avoir échoué à l’examen d’entrée à l’université, Hideki Motosuwa décide d’aller suivre des cours de rattrapage à Tōkyō. Il se trouve également un petit travail, pour se faire un peu d’argent. C’est dans cette ville qu’il y découvre les persocom, des ordinateurs personnels à forme humaine. Un soir, le jeune homme découvre parmi un tas d’ordures un persocom abandonné à l’apparence d’une belle jeune fille. Fasciné, il décide de le ramener chez lui et l’active…
Ce persocom ne fait que répéter les mêmes gestes, et ne sait dire que « Tchii ».
Hideki la surnomme ainsi, et petit à petit lui apprend à parler. Mais Tchii n’est peut-être pas un ordinateur ordinaire… Il se pourrait qu’elle soit un Chobits, un Persocom au pouvoir dépassant l’entendement. (Source: Wikipédia)

Ce manga est beaucoup plus osé et directe que Chobits. Ce dernier était plus dans la retenue et dans la suggestion. Vous ne vous attendez pas à que ça, car la trame qui se démarque derrière, grâce aux dernières scènes, annoncerait un scénario plus original qu’il n’y parait. J’ai mis quelque temps avant de m’adapter aux traits du dessinateur. L’ambiance générale est assez fun et comique. L’ensemble se lit plutôt bien. Mais, je ne le mettrai pas entre toutes les mains. Ce titre annonce une collection Erotic chez Glénat Manga. Attendez vous à être plus coquin qu’à l’habitude.

Laisses toi tenter (si tu es un adulte, bien sur)!

Gamin, passes ton chemin!

 

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s