[@KochMediaFR] Test de HomeFront: The Revolution sur Xbox One

Nous sommes en 2029. Après quatre années d’occupation militaire, l’Amérique est à genoux.

Merci Koch Media pour cet envoi.

Présentation:

Comme toutes ses grandes villes, Philadelphie, l’un des berceaux de l’indépendance, a été découpée selon trois types de zones :

Les Zones rouges sont des terrains vagues ravagés par la guerre, où la première révolte armée contre l’occupation de l’APC (Armée Populaire de Corée) a été brutalement réprimée. Dans ces ruines inhabitées et désolées, la Résistance mène inlassablement une guérilla contre l’APC…

Les Zones vertes sont des centres de commandement hautement militarisés d’où l’APC exerce son pouvoir et son contrôle. Les célèbres monuments de Philadelphie comme l’Independence Hall ont été réquisitionnés pour accueillir les troupes d’élite de l’APC et les collaborateurs américains de haut rang. Pénétrer dans ces Zones vertes serait du suicide pour le commun des mortels, mais pas pour les intrépides combattants de la Résistance…

Et enfin, les Zones jaunes. Ce sont les quartiers de Philadelphie où la population est la plus dense, où les civils vivent constamment dans la peur. Les habitants de ces bidonvilles subsistent sous la botte d’un État policier orwellien, et sont gardés sous surveillance permanente, baignés dans une propagande diffusée 24 heures sur 24 et opprimés par une présence militaire omniprésente.

Les citoyens n’ont le choix qu’entre une existence morose faite de maigres rations, de travail forcé et de conditions de vie sordides, et vendre leur âme pour le confort relatif mais néanmoins attrayant de la collaboration.

Mais même dans la Zone jaune, la Résistance œuvre. Au nez et à la barbe de tous, se fondant dans la foule, dissimulant leurs armes jusqu’au tout dernier moment, les derniers porteurs du flambeau de la liberté ont juré de démanteler ces satanées infrastructures de l’APC, morceau par morceau.

En tant que combattant de la liberté au sein de la Résistance, vous démasquerez des planques et d’autres positions tactiques depuis lesquelles vous planifierez vos attaques ; vous perturberez la propagande de l’APC, désactiverez sa sécurité, vous l’infiltrerez pour éliminer des cibles stratégiques, vous interviendrez pour sauver des vies civiles ou pour assassiner des officiels de haut rang. Chacune de vos actions sera un pas de plus vers votre but ultime : la révolution…

Caractéristiques:

  • Un monde ouvert, dynamique et évolutif – Découvrez un FPS dans un monde véritablement ouvert, bénéficiant des somptueux graphismes du moteur CryENGINE.
  • Menez la guérilla – Ce FPS ne suit pas un scénario linéaire. Embuscade, infiltration, sabotage… Apprenez l’art de la guérilla, et attaquez l’ennemi lorsqu’il s’y attend le moins lors de combats palpitants ne répondant à aucun scénario déterminé !
  • Formez la Résistance – Ralliez des révolutionnaires à votre cause, établissez des bases et des planques aux quatre coins de la ville, constituez-vous un arsenal redoutable, et fabriquez des armes artisanales pour vos compagnons.
  • Déclenchez la révolution – De citoyen opprimé à leader de la révolution, une campagne solo épique retrace l’histoire de la Seconde Guerre d’indépendance. Le monde dynamique et en perpétuelle évolution répond à la moindre de vos actions, tandis qu’une nation opprimée se révolte face à l’occupant.
  • Mode coopération en ligne – Combattez en ligne, formez une cellule de résistance aux côtés de vos amis, et imposez-vous comme l’un des Héros de la révolution.

Mon avis:

En voici une gros jeu. J’avais un peu mis les mains sur le premier Homefront et ce dernier laissait un arrière gout d’inachevé. L’idée était là, mais il manquait quelques ingrédients pour pouvoir être un plat de résistance… (blague à la con, bonjour 😉 ) Le second jeu est mieux, mais on vient de loin.

Celui ci me semble beaucoup plus abouti. Déjà par son gameplay qui présente quelques améliorations de l’ancien système de combat, mais la prise de main reste assez accessible. J’ai eu l’impression d’être embarqué dans l’Histoire du jeu. Faire partie de la résistance et tout ce que cela implique est assez intéressant.

Graphiquement, le jeu tient ses promesses, c’est fluide, assez vivant. Par moment, j’ai eu l’impression d’être dans Deus Ex: Human Revolution. Au niveau des couleurs, suivant les ambiances et les endroits, c’est assez bien réalisé et réprésente ce que l’on attend de la nouvelle génération. Je sais pertinemment que d’autres jeux seront plus beaux, mais ici, celui-ci est assez efficace.

Niveau ambiance, comme je vous le disais, tout y est, l’implication du personnage, ses origines et ses combats personnels vous mettent vraiment dans la peau du héros. Sans pour autant aller dans les extrêmes, le jeu invite un peu à la réflexion des enjeux de la guerre et qui en tire les ficelles. Ce n’est jamais ce que l’on croit être. dans le scénario du jeu, c’est clairement expliqué et donne droit à des rebondissements dignes de blockbusters cinéma.

De quoi inviter à se joindre la rebellion, non?

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s